Neghza appelle à encourager les entreprises des deux rives à récupérer pleinement leurs capacités post COVID 19

La présidente de la Confédération Génarale des entreprises Algériennes CGEA, et de BUSINESSMED, a appelé dans son allocution tenue lors du 

Quatrième forum de dialogue social de l'Union pour la Méditerranée du 6-7 octobre 2020,par vidéo conférence,à plus de convergence et à encourager les entreprises des deux rives de la méditerranée à surmonter les écueils et entraves rencontrées avec le COVID 19.en insistant sur  la necessité d'adopter un objectif commun des partenaires sociaux des deux régions est d’encourager les entreprises à récupérer pleinement leurs capacités le plus rapidement possible, en garantissant un retour au travail sûr pour les travailleurs et en aidant les travailleurs et les entreprises à survivre à la crise,  avec au besoin, l’adaptation de l'organisation du travail pour garantir la sécurité et la santé au travail."

Mme Neghza , a mis en exergue les lignes directeurs de sa vision s'adressant aux présents à la réunion dont   le Secrétaire Général de l’Union pour la Méditerranée,et  les responsables Des organisations patronales régionales et nationales ;ainsi  que s les représentants Des Travailleurs des deux rives de la Méditerranée, en soulignant qu' "Après notre célébration, l'année dernière, du centenaire de l'Organisation internationale du Travail, qui a été l'occasion d'annoncer que l'avenir du travail sera l’un des changements majeurs auxquels nous aspirons, dont les plus importants sont les technologies modernes et les problèmes croissants de l'environnement et du climat, qui mettaient l'accent sur le travail décent et le développement durable, aujourd’hui nous sommes ici confrontés à une crise mondiale étouffante. Nous ne l'avons pas vu auparavant, cette crise appelle à la symbiose de chacun pour réduire les risques, car elle menace les institutions économiques et augmente le taux de chômage."

par ailleurs ,La présidente de Businessmed a affirmé que "Cette édition du forum de dialogue social de l'Union pour la Méditerranée-UpM est un mélange de bilan des activités passées des partenaires sociaux Européens et du Sud de la Méditerranéen dans le contexte régional actuel exceptionnel de la pandémie, et nous attendons avec impatience les prochaines étapes de notre coopération régionale dans le cadre du pavage de la perspective commune de contribution en vue de la future Ministérielle de 2022.", ajoutant dans le même contexte que "Ce forum est également une occasion importante pour les partenaires sociaux des deux régions de se rencontrer, même virtuellement, et de partager le point de vue de leurs expériences récentes, notamment en relation avec la gestion des économies et des conséquences sociales du Covid à l’échelle nationale et régionale".

enoutre , Neghza a estimé que "L'Union européenne fonctionne comme une région dotée d'institutions et de capacités communes pour entreprendre des politiques conjointes avec un budget commun. Cette crise a conduit l'Europe à entreprendre un plan de relance commun. Néanmoins les perspectives pour les prochains mois sont inquiétantes autant pour l’Europe que pour les pays du Sud de la Méditerranée, les conséquences sont les mêmes, avec la possibilité pour de nombreuses entreprises, en particulier les PME et les TPE, de tout simplement disparaître, et pour de nombreux travailleurs de perdre leur emploi ou de travailler de manière moins intensive si l’épidémie de Covid continue d'entraver le bon fonctionnement de nos entreprises et du secteur privé."

concernant l'impact du covid 19 particulièrement pernicieux Saida Neghza a annoté que "La propagation de Covid dans la région Sud de la Méditerranée a globalement été moins prononcée qu'en Europe, mais l'impact économique et social est une préoccupation majeure pour les partenaires sociaux méditerranéens, particulièrement avec l'augmentation du chômage et la fermeture des PME, lorsque les institutions de sécurité sociale ont une capacité limitée et sont confrontés au défi permanent de l’informalité. Les pays du sud de la Méditerranée n’ont pas d’institutions communes d’où l’importance et le rôle que doit jouer l’Union pour la Méditerranée dans le futur et l’appui de la Commission Européenne grâce aux programmes tel que SOLiD.  et Dans la majorité des pays du Sud, la crise a été en grande partie organisée et gérée par les gouvernements pays par pays.  Cependant, le rôle joué par les partenaires sociaux dans les pays du Sud de la Méditerranée est diversifié et souvent insuffisamment structuré, alors qu’il devrait être prépondérant en accordant nos violons avec nos gouvernements respectifs."

en sus,en Algérie, selon le Gouvernement a opté pour le dialogue à travers la participation des partenaires sociaux à des rencontres successives avec les départements ministériels en charge de questions sociales et économiques (Travail – Solidarité – Industrie – Agriculture – Tourisme – Commerce et Finances), ayant abouti à la rencontre avec le Gouvernement tenue le 18 juillet, suivie de la rencontre s’étant déroulée sur 02 jours, soit les 18 et 19 août 2020, ayant pour thème le plan de relance économique.

On peut citer parmi les mesures prises par le Gouvernement, le gel de paiement des charges et obligations fiscales et parafiscales, le report de paiements des échéances bancaires et le versement d’aides aux PME, TPE et petits métiers, après évaluation des pertes.Il a été également décidé de dynamiser le conseil économico-social comme principal cadre de dialogue et de propositions de solutions à la crise économique  actuelle. 

Sur un autre plan, le gouvernement a accordé une grande importance aux startups, à travers la consécration d’un fond spécial  destiné à encourager les jeunes et à booster l’esprit entrepreneurial. 

L'Algérie s'oriente  selon NEGHZA vers un nouveau modèle économique, et connaitra de nombreux changements dans tous les domaines, ce qui nécessite une action commune pour gagner ensemble l'enjeu du développement. Tous ces défis ne pourraient être réalisés sans un dialogue efficace et responsable, qui contribue à l'instauration des bases de la paix sociale et à la consolidation de l'économie nationale, à travers un climat socioéconomique sain."

dans le même ordre d'idée, la présidente de la CGEA  a tenu à affirmer également que "des partis politiques, des associations, des syndicats, des organisations économiques et des personnalités ont donné naissance en Algérie à un nouvel espace de concertation interactif appelé « Initiative de réforme des forces nationales ».  La démarche vise d’entrée à accélérer le processus de réformes au plan politique et socio-économique, à concrétiser la volonté populaire pour le changement et à optimiser l’aboutissement du projet d’instauration de la nouvelle Algérie. Un nombre considérable d’associations de la société civile ont également adhéré à cette nouvelle initiative, de même que des syndicats, des enseignants universitaires et en la présence de la CGEA dont je suis la Présidente.et L’initiative de réforme des forces nationales a été une occasion pour la CGEA, pour soumettre un ensemble de propositions ayant trait essentiellement à la transparence, à l’équité, à la lutte contre la bureaucratie et l’informel, et le développement du système bancaire et l’introduction de la digitalisation et des nouvelles technologies, ainsi que l’octroi de crédits pour rémunérer les travailleurs des sociétés durement touchées par la crise sanitaire."

Neghza a tenu à conclure en affirmant "Nous avons beaucoup appris de la crise qu’a traversée le pays en raison de la pandémie, dans la mesure où elle a renforcé l'esprit de solidarité et a insufflé le potentiel des jeunes. Le soutien de la CGEA est sans appel quant à la démarche du changement du modèle économique national, à l’investissement dans les énergies renouvelables, à l’encouragement des jeunes et à la valorisation de l'esprit de l’initiative et d’innovation.", et à la fin elle a tenu a souligner "je saisis cette occasion pour exprimer ma fierté des actions entreprises par notre Président algérien, où il a souligné la nécessité du dialogue social, de la solidarité mondiale, du soutien aux catégories vulnérables et de l'allégement de la dette."